bandeau-course-de-montagne

 

 

Championnats de France de trail long : Sylvain Court et Sandra Martin en or

Le . Publié dans Trail

francelong     Article d'Etienne Nappey pour athle.fr

 

    Sylvain Court et Sandra Martin ont été sacrés champions de France de trail dimanche à Saint-Martin-Vésubie, au terme d'une course marquée par un fait de course qui a largement influencé les classements masculin et féminin.

 

La course en nature réserve parfois des renversements de situation étonnants. La course longue des championnats de France a donné lieu à un imbroglio dont les athlètes, organisateurs et officiels se seraient bien passés. Au kilomètre 22, peu avant le deuxième ravitaillement, dans la descente vers le lac du Boréon, plusieurs coureurs de tête ont emprunté un itinéraire erroné (qui figurait sur le tracé de l'édition 2015 mais pas sur celui de cette année) et ont, par conséquent, parcouru moins de chemin que ceux qui ont pris le bon sentier. Dé-balisage, inattention ou erreur de marquage, bien difficile de démêler le fil des événements, certains coureurs ayant fait demi-tour en se rendant compte de leur erreur, d'autres ayant continué, en toute bonne foi.

 

Passé en tête quatre kilomètres plus tôt, Sylvain Court (Bouliac Sports Plaisir) s'est alors retrouvé avec cinq minutes de débours sur Maxime Cazajous (Les Givrés de la plaine de Nay), Nicolas Martin (EA Grenoble 38) et Germain Grangier (Run & trail Sospel). Le Grenoblois s'est ensuite envolé dans la montée vers le sommet du Mont Archas, point culminant du parcours (2526 m). Sylvain Court a bien tenté de rattraper son retard, et a progressivement repris Cazajous et Grangier, mais n'a rien pu faire face à la grande forme de son collègue de l'équipe de France. Informé de l'éventualité d'une sanction chronométrique de dix minutes à l'arrivée, Nicolas Martin a très sportivement attendu Sylvain Court dans les derniers kilomètres avant l'arrivée à Saint-Martin-Vésubie pour passer ensemble la ligne d'arrivée. Dommage qu'un fait de course ait privé les spectateurs de ces championnats de France d'un duel qui s'annonçait grandiose.

 

Une victoire au goût fade


Dans ce contexte, Sylvain Court, déclaré vainqueur, avait du mal à savourer ce nouveau succès. « Il y a eu une erreur de parcours, et je me suis retrouvé avec plusieurs minutes de retard alors que je pensais être en tête. J'ai réussi à revenir un peu sur eux, c'était un peu un contre la montre avec Nicolas. J'ai essayé de faire comme je pouvais, mais la gestion était difficile et un peu faussée. Nico m'a attendu, il faut souligner ce geste très sport. C'est compliqué d'accepter un titre comme cela », relatait le nouveau champion de France, sacré pour la deuxième fois après 2014.

 

farncelong2

 

Le champion du monde, qui a fait de la défense de son titre fin octobre à Geres (Portugal) sa priorité de l'année, n'avait pas pour autant sous-estimé la difficulté de l'épreuve sillonnant le Parc national du Mercantour. Sa forme du jour l'aura sans doute rassuré, à quelques semaines de la grande échéance. Tout proche d'un premier titre national, pour lequel il a « bossé pendant des années », Nicolas Martin a impressionné les spectateurs ce dimanche, et devrait trouver, à tête reposée, quelques motifs de satisfaction plus grands que sa médaille d'argent du jour. Ayant rempli les critères de sélection pour les Mondiaux, il pourrait puiser dans sa frustration une source supplémentaire de motivation pour prendre sa revanche dans sept semaines.

 

La troisième place du podium est revenue au Pyrénéen Maxime Cazajous, qui a devancé Germain Grangier de quatre minutes sur la ligne d'arrivée, et Lambert Santelli (Entente Muvre Balanine) de six minutes. Le champion du monde 2011 Erik Clavery (Endurance 72) s'est classé septième, le premier Master Thomas Saint-Girons (Alès Cévennes Athlétisme) dixième du scratch, alors que le titre national des espoirs est revenu à Ianis Bernard (Caroux X-trail), treizième à l'arrivée.

 

Sandra Martin prend la lumière

 

Chez les dames, le scénario a longtemps semblé prendre la même tournure que la course masculine, Sandra Martin (CS Avignon Mont-Favet) et Maud Gobert (UA Maurienne) ayant également « bénéficié » du parcours alternatif. La première nommée a fait la différence dans la deuxième moitié du parcours, alors que Maud Gobert a connu plus de difficultés qu'à l'accoutumée. Le suspense concernait également Adeline Roche (CA du Roannais) et Sandrine Etienne farncelong3(Entente Ouest Lyonnais), qui menaient les débats avant de perdre du temps en suivant le bon chemin. La Ligérienne a longtemps fait de la résistance, et pouvait prétendre à la couronne, ne pointant qu'à trois minutes de Sandra Martin, en tête de la course, au col du Varaire, à une dizaine de kilomètres de la ligne. Mais la deuxième du trail court en 2015 a explosé en fin de parcours et s'est même fait reprendre par Sandrine Etienne (Entente Ouest Lyonnais), qui avait ouvert la route dans les dix premiers kilomètres, dans les derniers hectomètres.

 

Arrivée avec suffisamment d'avance pour coiffer la couronne malgré dix minutes de pénalité, Sandra Martin pouvait savourer la plus belle victoire de sa carrière, la première en championnats de France. « Ce matin, au vu du plateau des engagées, j'étais partie pour une belle balade. Mais pour une fois, je n'avais pas de musique, alors j'ai dû me trouver un refrain. J'ai choisi ''Crois en tes rêves'' », synthétisait-elle à l'arrivée, rayonnante de bonheur. Sandrine Etienne a décroché l'argent, et Adeline Roche le bronze. Après s'être « dépouillée », Maud Gobert a passé la ligne en deuxième position mais sa pénalité de dix minutes l'a fait reculer au quatrième rang du classement final.

FRISE TRAIL

UA-29470141-1